J’agis avec ENGIE en adoptant une éco-conduite

Vie quotidienne

L’éco-conduite vous rend acteur de la consommation en carburant de votre voiture

Qu’est-ce que l’éco-conduite ?

L’éco-conduite est une bonne habitude, facile à prendre en main. C’est un style de conduite qui consomme moins de carburant. Vous émettez donc moins de gaz à effet de serre et réalisez des économies de budget. Un éco-conducteur adopte une conduite souple qui réduit les risques d’accident. Il prend également soin d’entretenir son véhicule pour de meilleures performances énergétiques.

Je choisis de faire des économies d’énergie au volant de ma voiture

La voiture représente 65 % des modes de déplacement en ville(1). L’éco-conduite donne ainsi au conducteur l’opportunité d’être acteur de sa consommation d'énergie. C’est un geste bon pour l’environnement et pour votre budget, car vous dépensez moins d’argent pour faire le plein de votre voiture. Les méthodes d’éco-conduite permettent de prendre soin de votre voiture en préservant les pièces mécaniques. La voiture dure donc plus longtemps.

L’éco-conduite pratiquée à chaque fois que vous prenez le volant apporte des résultats visibles. Vous constaterez rapidement une moindre utilisation de carburant. Le constat est valable autant pour un véhicule à moteur thermique que pour une voiture électrique.

À l’inverse, une voiture mal entretenue entraîne une surconsommation d’énergie jusqu’à 25%. Vous avez chaud ? N’abusez pas de la climatisation ! Une ambiance frisquette fera flamber votre budget. Vous risqueriez de dépenser entre 10% et 25% de plus en frais de carburant.

 

Le saviez-vous ?

Les apprenants au permis de conduire (permis B) sont sensibilisés à l’éco-conduite. Les gestes d’entretien quotidiens du véhicule sont enseignés. Les intitulés de l’examen théorique interrogent le candidat sur les économies de carburant grâce à une vitesse réduite, ou encore la maintenance de la voiture. L’examen pratique est validé lorsque le candidat accumule au moins 20 points (sauf faute éliminatoire). L’éco-conduite, au même titre que la courtoisie, permet l’obtention d’1 point. L’examinateur est donc très attentif à l’application des écogestes. Si vous passez prochainement votre permis B, pensez donc à ménager vos freins en anticipant vos arrêts, à utiliser vos vitesses efficacement, ou encore à ne pas rouler fenêtres ouvertes ! Des formations sont aussi proposées pour les professionnels qui souhaitent promouvoir l’éco-conduite auprès de leurs collaborateurs.

Comment se mettre à l’éco-conduite ?

Pour vos premiers pas d’éco-conducteurs ou pour parfaire votre technique, nous avons sélectionné pour vous des astuces accessibles à tous. Que vous soyez un conducteur novice ou chevronné, une piqûre de rappel n’est jamais de trop !

Je ne prends pas forcément la voiture

Prendre sa voiture est coûteux et peut générer du stress. L’éco-conducteur adopte comme premier réflexe le fait de savoir s’en passer. Quand le déplacement se situe à moins de 1 km, on peut s’y rendre à pied ou en vélo. En plus, c’est bon pour la santé ! Il s’agit aussi de mutualiser les voyages, par exemple via l'utilisation des transports en commun. Pour les zones moins bien desservies, le covoiturage quotidien (trajet domicile-travail ou domicile-école) ou pour les trajets plus longs diminue le trafic routier et donc les embouteillages. Vous alliez convivialité et économies.

Je conduis tout en douceur

Le style de conduite joue énormément sur la consommation en carburant et l’usure des pièces d’un véhicule automobile. Pour ménager la voiture et la rendre plus performante, vous pouvez :

  • Utiliser votre boîte de vitesse efficacement
  • Anticiper les arrêts et éviter les freinages brutaux
  • Réduire votre vitesse

Je choisis une voiture moins polluante

L'éco-conduite démarre dès l’achat du véhicule. Vous pouvez opter pour une voiture électrique, hybride ou à essence (plutôt que diesel) afin d’émettre moins de gaz à effet de serre. Mais surtout, une voiture bien entretenue, récente ou même neuve pollue moins. Elle roule mieux en dépensant moins d’énergie. Pour vous aider, la vignette crit’air allant de 0 à 5 classe les véhicules en fonction de leurs émissions de polluants : la vignette verte correspond aux voitures les moins polluantes et la grise aux véhicules les plus polluants.

Lors des pics de pollution de l’air, la mise en place de la circulation alternée ou différenciée avantage les vignettes crit’air de 0 à 2. Elles sont souvent les seules ayant le droit de rouler dans les agglomérations concernées.

J’entretiens ma voiture

Plaquettes de frein usées, pneus lisses, pression insuffisante, climatisation défaillante… autant d’exemples d’usure qui entraînent une surconsommation de carburant. Il est conseillé de vérifier la pression de ses pneus régulièrement et de l’adapter en fonction de la charge du véhicule. D’ailleurs, saviez-vous qu’un coffre de toit vous fait consommer plus d’énergie en alourdissant la voiture ? Elle est moins aérodynamique, il faut donc plus de carburant pour une vitesse égale.

Je sais rester modéré

Lorsque les températures augmentent, vous êtes sûrement tenté d’allumer la climatisation pour vous offrir un moment de fraîcheur. Quelques degrés en moins suffisent pour améliorer votre confort sans pour autant trop solliciter les ressources de la voiture. Évitez également de conserver votre moteur allumé pour de courts arrêts. Généralement, déposer un proche à la gare ou aller chercher une baguette de pain, prend plus de temps que prévu !

Les applications de navigation vous aident aussi !

Les applications de navigation munies de GPS et d’une connexion Internet en continu sont des sources d’informations précieuses. Elles vous proposent plusieurs itinéraires, avec souvent une estimation de votre émission de CO2.

Aussi, ces applications mobiles suggèrent des changements de trajets lorsqu’un embouteillage se présente. À cause de l’effet accordéon, un embouteillage se révèle particulièrement polluant. Il engendre également une surconsommation en carburant.

Une voiture ancienne est souvent très consommatrice en carburant. Les véhicules de plus de 4 ans doivent passer au contrôle technique une fois tous les deux ans. Pour obtenir le droit de circuler sur la voie publique, les taux d’émission de polluants font partie des points de contrôle. Ces normes anti-pollutions sont strictes et dépendent de votre type de motorisation. Plus votre voiture est ancienne et usée, plus vous risquez de dépasser ces normes. À savoir que les véhicules plus anciens ont également tendance à être moins aérodynamiques et plus lourds. Bien sûr, vous pouvez pratiquer l’éco-conduite avec ces véhicules, mais les bénéfices sont moins perceptibles qu’avec une voiture moderne.

Pour changer de vitesse au bon moment, vous pouvez vous servir du compteur de tours (régime moteur) ou vous baser sur votre vitesse. Les automobiles modernes en boîte manuelle indiquent sur le tableau de bord quand monter ou descendre d’une vitesse. Avec une boîte automatique, vous déléguez cette partie au véhicule. Il est donc plus facile d’adopter le régime moteur adapté à la situation. Pour ce faire, veillez à choisir le mode adéquat : éco, neige ou sport, etc.

Ces deux fonctionnalités n’ont pas le même objectif. Le régulateur aide le conducteur à conserver une allure constante. Vous pouvez par exemple demeurer à 70 km/h sur une route de campagne. Le limiteur permet quant à lui de ne pas dépasser une certaine vitesse. Il vous évite de dépasser les 80 km/h sur cette même route de campagne. Les deux apportent un confort de conduite. Pour pratiquer l’éco-conduite, conserver une vitesse régulière est efficace. Il en est de même pour le fait de rouler moins vite. Régulateur et limiteur sont donc utiles pour éco-conduire plus facilement. Tout dépendra ensuite de vos préférences.

 

Partager cet article

*Electricité verte : pour tout nouveau contrat d’électricité souscrit par un client particulier, à l’exclusion de l’offre Elec Classique et de l’offre d’électricité Happ-e, ENGIE achète l’équivalent de la quantité d’électricité consommée par le client en Garantie(s) d'Origine émise(s) par des producteurs d'énergie renouvelable. Une Garantie d'Origine certifie que de l’électricité a été produite à partir d'une source d'énergie renouvelable et injectée sur le réseau électrique.

(1) SDES - Ministère de la Transition écologique

(2) Indicateurs TERM (transport and environment reporting mechanism) publiés fin 2008 par l’Agence européenne pour l’environnement